GLORIA A “ÉLOGE DE LA CREOLITE”

Maxette Olsson

Éloge de la Créolité



Qui suis-je pour glorifier “Éloge de la Créolité”?

Être, me suffit infiniment, car ni savante ni érudite, si je suis quelque chose, je suis  un esprit qui ponctue sa présence par un petit brin de Créolité.

“... à travers Aimé Césaire j’ai lu Hegel, Heidegger, Nietzche, Descartes, Kierkegaard... je ne pus donc tout simplement que puiser et saisir à bras le corps la magnificence du je-suis-Nègresse-donc-je-suis. “

À l´heure qu´il est, plus je lis et relis cette Bible créole “Éloge de la Créolité - in praise of Creoleness “ de la trinité Jean Barnabé, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant (Édition bilingue Gallimard ) et plus en vérité mon état créole s´affine, “s´omnipotentialise”, se “virtualise”.  C´est-à-dire que tel Malcolm X qui s´éclaira à la Ka´aba, puisque selon le divin proverbe créole “L´esprit va plus vite que le corps”, cette sublime lecture m´ illumine jusqu´à la transcendance. Et là, au cœur du “Tout-monde” (d´Édouard Glissant) dans un halo brillant de lucidité cosmobiologique, tout se créolise dans mon aura. C´est ainsi que mon mari Suédois est créole. Et encore une fois, si-w sé Javèl ou a tiré-y. Kouté pou konpwann!  

“Dans des sociétés multiraciales telles que les nôtres, il apparait urgent que l´on sorte des habituelles distinctions raciologiques et que l´on reprenne l´habitude de désigner l´homme de nos pays sous le seul vocable qui lui convienne, quelque soit sa complexion: Créole.”, certifie “Éloge de la Créolité”.

Si nous acceptons le fait que nous les Créoles sommes partout dans le monde, tous les pays sont à nous. Sé tan nou. Et tous les habitants de la Terre et ses extra-terrestres sont créoles. An nou bwaré. Nous sommes le “Tout-monde”. Sé diaspora toutwonlatè! L´Univers sé tan nou é dépi sé tan nou, sé ta Yo. Kaki Yo? Yo sé vou, sé mwen, sé-y, sé li, sé Yo. Yo est le Total de la Totalité. Yo est l´eurythmie de la création. L´Absolu. Pou konpwann Yo, fò-w an kyèkoko épi-w-menm, é lè-w ankyèkoko épi-w-menm, ou adoumanman épi Yo. Yo sé on lèspwi ki andèwdan a tout moun é tout biten, tout bagay, toupatou, toultan, ki-w vé, ki-w vé pa. Sésa. Ansinèl lévé, mété limyè!

“... nous nous aperçûmes qu´il ne pouvait y avoir de vision intérieur sans une préalable acceptation de soi.” certifie “Éloge de la Créolité”.

Yo est incolore, intangible, impersonnel. Tout-Puisssant. Pou-w suiv kaki Yo, fo-w an santi-fondonk a Lèspwi-mapipi kréyòl-la. Afin de percevoir qui est Yo, il faut ressentir profondément l´Esprit Créole Tout-Puissant. Pour cela il faut vivement éprouver la complexité de l´“état de créole”. Yo pa ni koulè. Ou pé pa mannyé Yo, ou pé pa vwè Yo, anmenmditan Yo la, davwa Yo pé pa pa la, dépi Yo té ja la, Yo toujou la é Yo ké toujou la. Yo ka fè tout. Yo sé sous-la. Yo débonnayé (illimité).  Yo tini tout, alòs Yo pé anki ba-w tout dépi tout sé ta Yo. Yo pòtré a-w. Yo sé glas a-w. San Yo ou paka èkzisté. Lè-w vwè Yo ou vwè-w menm é ou vwè tout moun. Yo sé tout é Yo vid. Lè Yo di, sé nenpòt ki moun ki di. Lè-w ka di “Yo di”, gadé byen é santi byen si apa vou-menm ki di. Menm biten lè-w ka okipé dè sa Yo ka di, kouté byen pou tann si a pa vou-menm ki ka di.  Aki Yo? Yo sé-w menm.

Éloge de la Créolité nous assure que“Nous faisons corps avec notre monde.“ Sépousa, lè-w ka di apa ta Yo, apa ta-w nonplis! Ou tann! Adonk, arété kaka an ma a-w! Yenkisarépétésa! Si apa ta Yo, apa ta-w. Sa ki ta-w, ta-w, saki pa ta-w, pa ta-w. É sa ki ta Yo sé ta-w, davwa ou sé Yo, i sé Yo, nou sé Yo é Yo sé Yo. Kivédi lè sé ta Yo, sé ta-w. É sa ki ta-w, sé ta Yo davwa Yo ka ba-w é Yo ka pwan. Mandé Yo. Yo sé on vid vidé. Kalkilé sa. Sé kalkil kréyòl. Pousa ki mandé lé répondè, anba zòt kyèsyon é répons. Montray! Sa ki pou konpwann, konpwann.

“La pensée complexe d´une créolité elle-même complexe peut et doit nous aider.” “Exprimer la Créolité sera exprimer les étants même du monde. ” ou encore “La Créolité c´est “le monde diffracté mais recomposé” un maelström de signifiés dans un seul signifiant: une Totalité.” confirme “Éloge de la Créolité”.

Lè Yo ba-w on gloryé (éloge) fò-w pwan-y menmjan ki-w ka pwan on kritik. Fò-w déchouké-y, déchèpiyé-y, pwan sé ti-grenn-la, wouplanté-y é bay dlo. Yo enmé bwè dlo a Yo. 

J´ai été pendant longtemps très occupée à chercher autour du monde ce que je trouve à l´instant en moi-même. Trouver la quintessence de l´ indépendance  signifie ne compter que sur soi-même à dessein d´être bien avec tout le monde. Bèl pawòl kréyòl-la sé: “ Pa konté si zyé a lézòt pou dòmi.” Ne pas compter sur les yeux des autres pour dormir. Mon association est donc composée de tous ceux et celles dans le monde qui m´inspirent à promouvoir cet ultime processus identificatoire, en canalisant le soi créole. Appartenant à la diaspora, en ce qui me concerne, vous l´avez compris, être véritablement créole bannit tout sectarisme, dogmatisme ou ségrégation. C´est un état multiracial et multiculturel. Oui! C´est un état, une intelligence, une spiritualité, un parler, une éducation, une attitude, une histoire, un savoir-vivre, une cuisine, une recette, un son, une musique, un art, une nouvelle, une mèdecine, une discipline, une case, une courtoisie, une belle parole, une histoire, une littérature, une poésie, une boisson, un bobo, une magie, un vêtement, une mode, une étiquette, un bijou... C´est un esprit créatif en spontanéité existentielle! Oupédisa! C´est un don! Quand on a un don, il faut être donnant. C´est l´interaction forte du don.

Adirée, ma cénesthésie s´embrasa lors du dévoilement de mon existence créole. Toujours je me souviendrai de cet instant révélateur. Il y a presque vingt ans, j´étais avec Malté mon mari sur une plage aux Seychelles. Je vis un homme qui vendait des cocos. Lorsque je voulus en acheter deux, soient un pour moi et un pour Malté, il me demanda d´où je venais, je lui répondis machinalement que j´étais créole de la Guadeloupe. Il me regarda dans les yeux et m´articula dans son créole: "Notre pays est un patrimoine créole. Il appartient à tous les créoles. Les créoles n´achètent pas de cocos ici. Ces cocos te sont offerts. Bienvenus!" Jamais je n´oublierai cette profonde sensation de Force et d´Amour d´être pour la première fois reconnue Créole, d´appartenir à une nation aussi aimable que celle seychelloise et d´avoir un patrimoine. Sèsèl dous. Ma conscience s´entrebâilla laissant filtrer une lumière qui m´éblouit et qui encore m´extasie. Transmettre ne serait-ce qu´à une seule personne ce bien-être créole devint ma mission de gratitude.

Je tiens à préciser que je suis toute un organisme, matériellement, physiquement et mentalement subventionnée pour ma cause créole par le salaire mensuel de mon mari Malté Olsson et encouragée par auparavant les créoles Moune de Rivel, Al Lirvat, Antoine Petit, et Mignonnette Jean-Baptiste. Et au moment où j´écris, je suis fortifiée par Gérard et Régine Dorwling-Carter, Raphaël Confiant, Judes Duranty, Hector Poullet, Julien Marcimain, Jean Sahaï, Josiane Boulanger, Francesca Palli, Christian Dracon de Gwadaka, Audebert et Marie-Claude Simonnet, Roger Chatelain, Jocelyne Paulmin (Martiniquaise en Nouvelle Calédonie), Jeannette Michel (Seychelles), Ernest Pépin, tous ceux et celles qui me disent “Reste comme tu es!”, tout récemment par les réalisateurs de F comme Femme Stéphanie et Steve James. Et pour la première fois, j´ai été invitée en créole à un Festival Créole par l´écrivaine Marie-Reine de Jaham. Ce sont ces moteurs qui ronflent avec passion qui créolement m´animent. BonDyé bon.
 
La Suède est un pays grand comme la France avec le même nombre d´habitants que Paris: 9 millions. Souvent je parle aux arbres et je compte les sapins heureusement de Noël, aussi il m´arrive de me planter. Rester passionnément créole dans un pays où la culture est tout à fait l´opposé de la sienne n´est pas une petite affaire, mais plutôt une multinationale qui nationalise toutes les nations. Un travail dans ma layonnté (solitude) de Négresse qui exige une constante crise de profonde mutation et une attention rémanente à l´intention.

Depuis cette aventure de cocos, je ne peux m´empêcher de faire un paquet de chaleur a fanm kréyòl an pani gran zafè. Kouté milan-la! Ce wach dérangeait une amie Française résidente en Suède qui me sermonna en me disant que je ne suis pas humble. Et vous savez mieux que moi qu´il y a des Françaises blanches et noires comme moi-même.

Lors d´un blâme, d´une réprimande, d´une critique ou un affront, je m´examine et cherche toujours à capter ma responsabilité, à seule fin de puiser le meilleur, en vue d´initier un changement si nécessaire. Et selon l´expression créole, quand on cherche, on trouve ce que l´on cherche. D´accord, qu´il n´est pas de bon ton de laisser éclater sa fierté en Suède, mais il est aussi vrai qu´il n´y a que vint ans que les Suédois sont envahis d´immigrés. Ils sont donc encore très curieux de cultures internationales et jusqu´ici jamais je n´ai ressenti un rejet de ma culture. Au contraire. Il se passe aussi que dans une ambiance éducative, je laisse l´Esprit Créole en moi faire des siens. É i ka bayadan.

Donc, en admettant que l´ego n´est jamais loin, je n´avais donc jamais osé accolé “je suis” à humble. Il arrive que mon abstraction de l´humilité se concrétise à travers la gratitude, ce rappel d´être vie unitive, qui m´inspire au recueillement jusqu´à l´effacement Mais qu´à cela ne tienne. Un projecteur braqué dans tous les coins et recoins de mon intérieur déclencha un signal. Euréka! Et voici ma réponse à cette accusation de manque d´humilité, é kouté sa byen une fois pour toutes!

Encore une fois, je ne suis pas colorée de couillonnaderies. Je n´écris pas pour être connue, mais pour apprendre à me connaître. Je ne lis pas pour m´évader, mais pour apprendre à vivre Ô présent. Étant une outsider exilée, je n´ai aucune ambition d´appartenir à l´intelligentsia, à un club culturel ou à une congrégation religieuse quelle qu´elle soit. Et je ne perd pas le nord. J´habite au Nord. Je suis tout simplement une nègresse consciente d´être descendante d´esclaves, ces nègres et négresses lesquels les négriers blancs parfois aidés de leurs comparses noirs, leurs mettaient entre autres une bombe dans le trou de fesses pour les empêcher de marronner. Bonda miné!  Toute l´histoire créole soit des nègres, des békés, des Syriens, de la présence des ancêtres du Mahatma Gandhi (La panse du chacal), et des ancêtres de Mao est déjà écrit.

Malgré “Les chaînes dans la (ma) tête”, je suis aujourd´hui mariée à un blanc, tellement blanc qu´il est blond. Pas blond sur la tête avec des poils noirs sous les bras. Non. Un vrai blond partout avec des yeux bleus. Un homme intègre et digne que j´aime et honore de tout mon être. Je vis dans un monde blanc avec des blancs devant-derrière-à-droite-à gauche. Je les respecte, les accepte et les aime tels qu´ils sont. Je me suis adaptée chez eux et suis leurs règles presqu´à la baguette. Cela s´appelle le pardon et pas celui qui ne guérit pas la bosse, mais celui qui m´aide à me serrer la ceinture, m´attacher la tête et porter ma bosse de femme Créole noire tombée-n´a-jamais-désespéré, en me tenant aussi droite (convenable, correcte) que possible. C´est le kyenbé rèd é pa moli. Je n´ai rien à mollir. C´est mon éducation créole! L´humilité est donc ma mission. Je ne peux donc pas être plus humble que cela, en sachant qu´être humble signifie reconnaître la Toute-Puissance en soi-même. Zò tann! Voyez tout ce qui se passe dans le monde et vous verrez que je n´ai pas choisi la voie la plus facile. C´est le chemin-chien créole! Qu´on se le dise! C´est marqué! La-y pann i sèk!

Ce pourquoi le mouvement de la Créolité m´”existentialise” et me “Tout-mondialise”. La Créolité est distinguée mais pas emprisonnée. Elle est libre, de cette liberté de se transformer, de se métamorphoser...  et pas s´aliénée. Elle est unique, de cette unicité qui consolide l´unification. La Créolité lève les scellés en scellant l´incommensurable.

Mesdames et messieurs! Enfants! Tous les animaux et la nature! É tout biten-tout bagay sur la terre, au ciel et ailleurs!  De ce louange pour un manifeste, un élan sacré m´émeut, m´enthousiasme et déclame: L´“Éloge de la Créolité - in praise of Creoleness “ de Jean Barnabé, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, me magnifie, aussi je ne peux que la glorifier.

“De réel, il n´y a que l´imaginaire.” a affirmé Maryse Condé. Mwen enmé fè siléma. Imaginez vous 1, 3 milliard de Chinois en train de regarder le ciel en disant: “Nous sommes tous Créoles!” Et continuons! Imaginons nous 7 milliards cent millions cent personnes dans le monde qui se regardent les yeux dans les yeux en articulant:  “Nous sommes tous Créoles!” Puisque c´est un rêve, introduisons le merveilleux dans l´omnipotence!

Mettez la main du cœur sur “Éloge de la Créolité” et yenkisarépétésa: “Le monde va en état de créolité.” Et lis le plusieurs fois. É li-y anlo fwa.

Mèsi !

Maxette Beaugendre-Olsson

Août 2009


 potomitan.info